Des Hommes Passionnés
Il était une fois une histoire d’amour…

C’est une belle histoire d’amour entre un ingénieur Italien accompli et deux domaines viticoles  bordelais endormis. Une histoire de passion  autour d’une  boisson  ancestrale et mythique… le vin.
Tout commence au Second empire, sur le domaine du Marquis de Calvimont. Les terres du Château de Cérons sont scindées en deux parties. Ainsi  le Grand Enclos du Château de Cérons y gagne son indépendance. Sur la place centrale du village, le portail de la propriété s’ouvre sur une chartreuse  qui  dissimule l’âme du domaine… L’enclos : dix hectares corsetés entre les habitations du village et ceinturés d’un mur de pierre de trois mètres de haut.

Pareillement, la commune de Saint Sulpice de Faleyrens qui , sur la route de Castillon, tutoie Saint-Emilion du bout de son clocher, est flanquée d’un petit mont où les rangs de vignes s’alignent comme à la parade. Sur les pentes douces, de ce lieu-dit appelé Mondou, 11 hectares ceinturent le chai d’un château qui depuis sa renaissance en 2000 a pris le nom de Mondorion.

Quelques siècles plus tard…
Giorgio Cavanna, né à Rome en Italie, fait ses études en langue française puis part faire carrière dans l’industrie entre l’Italie et la France. Dès qu’il en a le temps il retourne en Toscane, sur le domaine du Castello di Ama. C’est un magnifique domaine viticole qui a été  acheté par son père et ses trois autres associés en 1972. Grâce à leur travail, le domaine est devenu l’un des plus réputés de Toscane. Giorgio y a passé une bonne partie de son adolescence et y a côtoyé régulièrement un des plus grands noms de l’œnologie, Patrick Léon, qui a ainsi mis les Cavanna sur le chemin des grands vins.

L’équipe de passionnés…
Un jour, début 2000, lors d’un déjeuner, Bertrand Léon, le fils de Patrick Léon, évoque à Giorgio Cavanna  les deux  propriétés du Bordelais, plus précisément dans les Graves, où il a effectué un stage de vigneron et à coté de  Saint-Emilion, proche de sa propriété familiale de Fronsac qu’il a en charge. Les Léon, c’est une famille d’hommes et de femmes amoureux du vin.
Les domaines méritent  que l’on s’y intéresse : celui des Graves  produit à la fois du blanc, du rouge et un liquoreux. Le Grand Enclos du Château de Cérons a un très beau potentiel. La propriété s’étend du plateau de Podensac au village de Cérons, avec une partie  ceinte de hauts murs de pierres ancestraux. Elle représente aujourd’hui  en tout plus de 25 hectares.
Celui de Saint-Emilion, sur un terroir constitué d’une seule entité, possède la personnalité harmonieuse des crus de sa classe . Celle des saints émilion typés, produits à partir d’une grande part de merlot sur un sol à la légèreté sablo-graveleuse.
Les deux hommes ont le même goût du vin , ont tous deux baigné  à la même école du maître inspiré de l’art viticole bordelais qu’est le  père de Bertrand . Une vision rare et passionnée qui embrasse tout l’étendard de production bordelais, des blancs secs au liquoreux et aux grands rouges de rive gauche et rive droite .Giorgio repart donc avec Bertrand sur ce nouveau projet, comme le fit son Père avec Patrick Léon en Toscane il y a plus de trente ans. Il puise de ses propres forces sur le domaine des Graves et s’allie avec trois autres amis également amoureux, car les passions se partagent, à Saint-Emilion .
Giorgio et ses associés vont s’entourer des meilleurs atouts  pour réveiller les domaines : Bertrand Léon, l’enfant du pays, œnologue qui a déjà installé sa réputation de vinificateur émérite et surveille à la mise en place d’un savoir-faire familial qui depuis longtemps a fait ses preuves. Xavier Dauba et Vincent Bonneau les régisseurs respectifs à Cérons et Mondorion, passionnés du vin et aussi enfants du pays, veillent à conduire les raisins jusqu’à un stade de maturité irréprochable.
Florence Charenton, depuis toujours dans le vin, une autre passionnée qui apporte  aux deux domaines sa touche féminine. Depuis quelques années enfin, Francis Unique, Commercial enthousiaste, se charge de diffuser les vins du Grand Enclos dans le monde et transmettre leur  message de qualité.

>> Des situations d'exception